Comité Félix Ziem

La vie de Félix Ziem

Portrait Félix ZIEM d'Emile LOUBON, huile sur toile

1821 : Naissance le 25 février à Beaune (Côte-d’Or), de Felix François Georges Philibert, fils unique de Georges Barthélémy Ziem, tailleur d'habits (d'origine polonaise, selon Louis Fournier, biographe de Ziem, d'origine arménienne ?) et d'Anne-Marie Goudot, issue d’une famille de tisserands, originaire de Nuits-Saint-Georges, veuve d'un premier mariage.

1833 : La famille de Ziem s’installe à Dijon. Ziem est placé chez un ami de la famille architecte M Lemaire pour son apprentissage (il a 12 ans)

1837 : Décès de la mère de Félix Ziem. Inscription à l’Ecole des Beaux-Arts de Dijon, dans la section architecture grâce à une bourse du Département.

1838 : Premier prix au concours dans la catégorie architecture-composition. Exclu de l’Ecole suite à un différend avec la direction.

1839 : Il quitte le domicile paternel pour retrouver son demi-frère Georges installé à Marseille. Il s’adonne à la pratique du dessin et de l’aquarelle. Il est engagé comme conducteur de travaux chez M. de Montricher dans l’entreprise chargée de construire le canal de Marseille qui présente au Duc d’Orléans, deux de ses aquarelles.

1840 : Le Duc d’Orléans lui commande trois aquarelles. L’intérêt porté par le duc lui procure une consécration locale. Il abandonne l’architecture pour se consacrer à l’étude de la peinture. Il étudie à l’école de dessin dirigée par M. Aubert. Il ouvre son propre atelier de dessin sur le Vieux-Port à Marseille qui connait un vif succès, parmi ses élèves il apprécie tout particulièrement Auguste Aiguier. Ziem évolue dans le milieu artistique marseillais. Il se lie d’amitié avec Gustave Ricard.

1841 : Premier voyage à Martigues avec quelques-uns de ses élèves. A Marseille il fréquente la bastide des Charles-Roux à Montredon. Il quitte Marseille le 18 décembre pour s’installer pour un temps à Nice. Sa clientèle se compose de nobles anglais, de princes russes et d’aristocrates français qui apprécient son contact avenant et son charme. Il rencontre notamment la duchesse de Bade, le duc de Devonshire et le prince Gagarine.

Atelier de ZIEM à Nice

1842-43 : Premier voyage en Italie et notamment à Venise. Dès lors la passion des voyages ne le quittera plus. A Paris il entre dans l’atelier d’Eugène Ciceri et fait la connaissance de Jules Dupré.

1843-44 : Il est invité par le prince Gagarine en Russie où il séjourne du 29 juillet 1843 au 29 septembre 1844. Il devient le professeur d’aquarelles des grandes duchesses de Saint-Pétersbourg. Rencontre avec Horace Vernet à Saint-Pétersbourg.

1845-46 : Il partage son temps entre Marseille où il rencontre Emile Loubon qui succède à Augustin Aubert à la direction de l’école de dessin, Martigues et Nice. Il ouvre de nouveau son atelier à Nice. Rencontre avec le peintre autrichien Arminius Mayer avec qui il prend l’habitude de peindre sur le motif. Rencontre avec Théophile Gautier qui sera un de ses plus fidèles soutiens. Second voyage en Italie.

1847 : Premier voyage à Constantinople.

1848 : Voyage à Rome. Installation à Paris, quai Malaquais.

1849 : Décès du père de Félix Ziem. Ouverture à Paris d’un atelier de dessin. Il fréquente assidument la forêt de Fontainebleau. Premier Salon à Paris où il expose des vues du Bosphore, de Rome et de Venise. Ses œuvres seront présentées régulièrement au Salon de 1850 à 1868.

1850- 1853 : Il travaille à Barbizon et au Bas-Meudon. Rencontre avec Théodore Rousseau qui lui présente Jean-François Millet et Narcisse Diaz. Voyages en Flandres où il admire les œuvres paysagistes du XVIIe siècle.

1851 : Première acquisition par l’Etat, « Venise, vue du Palais des Doges » exposé au Salon de 1850-51. Rencontre avec Beugniet, négociant en tableaux qui deviendra par la suite son plus fidèle acheteur.

Visite à l'atelier de Ziem par Eugène LAGIER

1853-54 : Ziem commence son journal. Il s’installe dans son nouvel atelier parisien, 68 bis rue de l’Empereur (devenue ensuite la rue Lepic)

1856 : Grand voyage en Orient : Constantinople, Turquie, Liban, Grèce, Egypte, Sicile. Il en rapporte beaucoup d’études qui lui serviront toute sa vie pour ses compositions orientales.

1851 : Première acquisition par l’Etat, « Venise, vue du Palais des Doges » exposé au Salon de 1850-51. Rencontre avec Beugniet, négociant en tableaux qui deviendra par la suite son plus fidèle acheteur.

1857 : Chevalier de la Légion d’honneur.

1858 : Voyage en Algérie.

1861 : Il partage son temps entre Paris, Barbizon et Martigues. Acquisition d’un e maison et d’un grand terrain à Martigues. Aménagement de sa maison-atelier avec l’installation d’un décor oriental constitué de répliques miniatures de mosquées et minarets. Il s’installe à Martigues pour un an et demi. Ses principaux commanditaires sont Beugniet et Georges Petit.

1851-90 : Ses peintures sont vendues par la maison Goupil et par Durand-Ruel qui devient à partir de 1865 l’un de ses pri le catalogue. Il cesse d’exposer au Salon. Rencontre avec Alexandre Dumas et Eugène Boudin.

1869 : Voyage à Venise pour la dix-neuvième fois.

1870 : Nommé au jury du Salon.

1871 : Reste à Paris pendant les sièges de la ville par les Prussiens puis des Versaillais.

1874 : Il note dans ses carnets de nombreuses indications atmosphériques et définit ainsi ses « types » de compositions. Il poursuit assidument la rédaction de son journal. Il séjourne régulièrement à Venise.

Portrait de ZIEM à 82 ans par Edouard DARVIOT

1876 : Il achète à Nice la villa « Baie des Anges » quartier Sainte-Hélène pour y construire un atelier et une maison. Il partagera dès lors son temps entre Nice et Paris.

1877 : Rencontre avec Ursule Treilles, âgée de 21 ans et mère d’un jeune garçon.

1878 : Promotion au grade d’officier de la Légion d’honneur.

1880 : Installation de son atelier à Nice où il séjourne de plus en plus fréquemment.

1881 : Ziem n’est pas admis à la Société des aquarellistes français.

1883 : Séjour à Beaune. Il montre l’affection qu’il a pour sa ville natale en envoyant une de ses œuvres au musée de la ville : « Les pêcheurs de Martigues rentrant au port par un coup de mistral »

1886 : Rencontre avec Vincent Van Gogh installé à Montmartre chez son frère Théo au 54 rue Lepic. Dans sa correspondance avec son frère, Van Gogh fait l’éloge des couleurs de Ziem.

1888 : Ultime participation au Salon.

1897 : Dernier séjour à Venise. Il se lie d’amitié avec Auguste Rodin qui lui offre une œuvre.

1901 : Le 30 mars Ziem est nommé peintre officiel de la Marine. L’Etat français lui commande un tableau commémorant les escadres françaises et italiennes mouillées dans la rade de Toulon, lors de la visite du président Emile Loubet. Le président de la République visite son atelier de Montmartre.

1902 : Il envoie une somme d’argent importante pour la reconstruction du Campanile de Venise écroulé.

1903 : Parution de la monographie par Léon Roger-Milès historien et critique d’art consacrée à Ziem.

Ziem déjeune, par Eugène Camille LAMBERT

1904 : Il épouse à Nice Ursule Treilles, âgée de 48 ans. Georges Petit inaugure à Paris sa nouvelle galerie avec une exposition consacrée à Ziem.

1905 : En juin la donation par Ziem de 56 peintures, 74 études peintes à l’huile, 41 aquarelles, 5 carnets de dessins et son portrait par Ricard au Musée des Beaux-arts de Paris (Petit-Palais) révèle « un Ziem plus varié ». L’ouverture d’une salle dédiée à un artiste vivant est un fait rarissime qui consacre sa renommée avant le verdict de la postérité. Le 13 décembre a lieu l’inauguration officielle de la collection Ziem en présence du Président de la République Emile Loubet qui lui remet la cravate de commandeur de la Légion d’honneur.

1906 : L’artiste Victor Ségoffin réalise le portrait en buste de Félix Ziem exposé au Salon de 1907.

1908-1909 : Officialisation de la création du Musée Ziem de Martigues. Une grande exposition est inaugurée en janvier 1909 à Nice où plus de 70 œuvres de Ziem sont présentées. Une salle de la 8e Biennale de Venise est consacrée à son œuvre.

1910 : Inauguration du Musée Ziem à Martigues. Le legs Chauchard fait entrer des peintures de Ziem au Louvre, il devient ainsi le premier peintre exposé de son vivant au Musée du Louvre.

1911 : Le 10 novembre Ziem s’éteint à l’âge de 90 ans dans son atelier de la rue Lepic. Sa tombe au Père-Lachaise prend la forme d’un palais vénitien abritant un portrait de Ziem en gisant sculpté par Victor Ségoffin.

Bronze, tête de Félix Ziem par Victor-Ambroise SEGOFFIN Bronze, Félix Ziem au travail par Victor-Ambroise SEGOFFIN
Comité Félix Ziem

11 place des Quatre Dauphins

13100 Aix en Provence - France

Tél : + 33 4 42 27 26 04 - Fax : + 33 4 42 26 96 21

Tous droits réservés - © Comité Félix Ziem

Mentions légales

Réalisation Claire et Net Design